Quebec and Religion: Response

In the light of Quebec’s proposal of a new “secularism” law today, I share this (entirely appropriate and relevant) statement of the Presbytery of Montreal from 2014.

Response to Bill 60 from
The Presbytery of Montreal, of
The Presbyterian Church in Canada (2014)

The Presbytery of Montreal, a body of the Presbyterian Church in Canada, hereby offers its response to Project de loi no. 60: Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l’État ainsi que d’égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d’ accommodement. We offer our response in terms of the following affirmations and the following areas of disagreement.

  1. AFFIRMATIONS

1.1  We acknowledge and celebrate the unique identity of Quebec as a Francophone nation and province within Canada, and acknowledge the particular religious and cultural history that has shaped its values, laws, and social fabric. We also acknowledge and celebrate the presence of other linguistic and cultural communities within Quebec – including a large Anglophone minority – and celebrate the contributions such communities have made to the history, identity, and success of Quebec as a liberal democratic polity. We believe that Quebec has been enriched by this diversity.

1.2  We acknowledge and celebrate the religious diversity of modern Quebec. We understand religious diversity to mean that many individuals, families, and communities within Quebec live their daily lives, pursue their vocations, and participate in the wider social fabric on the basis of particular faith commitments and religious identities. As Presbyterians living in Quebec, our own religious identity is such that we endeavour to live always in the love, justice, and truth of the crucified and risen Jesus, and of his kingdom; also in ways that are faithful to our particular theological and ecclesial heritage.

1.3  We accept and affirm the secular nature of the state, understanding this to mean that the laws and policies of Quebec are established and upheld by duly elected and appointed officials, as governed by the constitutional framework of Quebec and Canada, including the Quebec and Canadian charters of rights and freedoms. We also understand the secular nature of the state to mean that no church or religious body has any power to make laws or define social policy. This affirmation does not diminish our awareness that the freedoms, values, and constitutional framework of modern Quebec have been shaped, to an important degree, by specific strands of Christian faith.

1.4  We accept and affirm the neutrality of the state with respect to religion. That is, while we acknowledge the contributions of the Christian tradition to the freedoms and values of Quebec, we accept that the state should demonstrate neutrality or impartiality in the writing and enforcement of the law. That is, the law should be written in language that does not reference or enforce any particular religious tradition; the law should be written in language that may be supported by all, and that applies equally to all, regardless of their particular tradition. In this vein we endorse the removal of the crucifix from the Blue Room of the National Assembly, since the presence of this crucifix gives the impression that the National Assembly grants fealty to the crucified Jesus and to the church that would honour and follow him.

1.5  We insist that the state has a role in fostering openness and dialogue between its citizens on questions of faith and identity. We also insist that recognition of the history and significance of religious faith within Quebec represents an important check on the power of the state, which in its modern incarnation acknowledges fewer such limitations. We insist that the freedom of religion, as established within the Quebec and Canadian Charters of Rights and Freedoms, is intended as just such a check against the coercive power of the state.

1.6  We endorse the approach to diversity and accommodation that has been laid out by the Bouchard Taylor Commission report, and that is reaffirmed in most areas of the present Bill, which envisages a genuinely pluralistic secularism in which healthy dialogue and debate is encouraged rather than repressed in the name of an artificial and superficial external conformity. We endorse the assumption of the report that religious faith is not inherently divisive – rather, that people of faith have important contributions to make within our common life. We even venture to hope that differences in dress may give rise to rich conversations about foundational beliefs, as we collectively negotiate the terms of the moral consensus by which we are to live together.

  1. DISAGREEMENTS

2.1  Our substantive disagreement is in relation to Paragraph 5 of the Bill, and with the deeper assumptions about religious faith and secularism/neutrality implied by Paragraph 5 and the wider Bill. Paragraph 5 of the Bill reads: “In the exercise of their functions, personnel members of public bodies must not wear objects such as headgear, clothing, jewelry or other adornments which, by their conspicuous nature, overtly indicate a religious affiliation.”

2.2  We do not accept that religious diversity means simply a diversity of privately held beliefs. Such a view fails to take seriously religious faith as it is understood by any of its practitioners – namely, religious faith as a way of seeing and living in the world. The government’s failure to understand the nature of religious faith and identity – a failure deeply embedded within Bill 60 – has led to its willingness to undermine the rights and freedoms of people of faith.

2.3  We do not accept that the secular and neutral nature of the state implies that its laws and policies can ever be drafted without reference to some theological or metaphysical assumptions about human persons and human community. Both legislators and citizens should acknowledge this reality and should seek to be transparent in the articulation of these assumptions. Further, we note that interfaith dialogue within a democratic society is profoundly beneficial in allowing discussion of our deepest assumptions about human life and wellbeing and in allowing us to explore the sometimes unexamined presuppositions that shape our lives and laws.

2.4  We do not accept that religious symbols and attire – including turbans, yarmulkes, hijabs, crosses, or others – are peripheral to religious faith and can be removed at a whim, as if one were taking off a hockey sweater after the game. We further reject the presumption of Bill 60, and of those who advance this Bill within the legislature, that the state can determine whether such symbols and attire are significant to a religious tradition or peripheral within it. Such judgments belong to those who inhabit particular religious traditions, and not to the state.

2.5  We do not accept that the neutrality of the state means that those who function as employees or agents of the state should not give any external evidence of their religious faith or identity. This approach represents a militant secularism that fails to honour the diverse population of Quebec and fails to acknowledge the role of dialogue and openness within a liberal democratic state. It fails to acknowledge the role of the state in fostering such openness. The approach of Bill 60, we conclude, reflects an oppressive and dogmatic secularism that seeks the disappearance from public view and public life of those who inhabit particular religious traditions.2.6  We do not accept the implied assumptions of Bill 60 that the citizens of Quebec, in their interactions with state employees or agents, are incapable of distinguishing between the particular religious identity of an employee/agent, on the one hand, and the secular and neutral state to which she/he offers her skills and time on the other. We insist that the citizens of Quebec are capable of making such judgments, and that the making of such judgments is a basic and necessary feature of life within a rich and diverse culture.

2.7  We regret the introduction of Bill 60 within the National Assembly. We perceive that the introduction of this Bill has fostered division and suspicion between Quebecers. The introduction of the Bill, further, has done little to foster the kind of openness and thoughtful conversation that is vital to a modern and diverse Quebec.

CONCLUSION

We offer this response to Bill 60 respectfully, hopefully, and prayerfully. We call upon the present government to withdraw the Bill from consideration or, barring this, we call on the National Assembly to defeat it. Alternatively, we urge the government and National Assembly to advance only those portions of the Bill that have nearly unanimous support within Quebec and within the National Assembly.

January 21, 2014 Montréal, Québec

 

Le Consistoire de Montréal, corps administratif de l’Église presbytérienne au Canada, dépose par la présente sa réponse au Projet de loi no 60 : Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l’État ainsi que d’égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d’accommodement. Notre réponse est présentée sous forme d’affirmations et de désaccords quant aux points énoncés.

1. AFFIRMATIONS

1.1  Nous reconnaissons et célébrons le caractère unique du Québec en tant que nation et province francophone au sein du Canada, et nous reconnaissons l’histoire religieuse et culturelle qui a modelé ses valeurs, ses lois et son tissu social. Nous reconnaissons et célébrons aussi la présence d’autres communautés linguistiques et culturelles au Québec, dont une grande minorité anglophone, et nous célébrons les contributions de ces communautés dans l’histoire, l’identité et le succès du Québec en tant que régime démocratique libéral. Nous croyons que le Québec s’est enrichi grâce à cette diversité.

1.2  Nous reconnaissons et célébrons la diversité religieuse du Québec moderne. Nous entendons par diversité religieuse le fait que bon nombre de personnes, de familles et de communautés vivent au Québec en exerçant au quotidien leurs vocations, et qu’elles participent à l’ensemble du tissu social en fonction de leurs engagements au chapitre de la foi et de leur identité religieuse. Comme presbytériens vivant au Québec, notre propre identité religieuse est telle que nous nous efforçons de vivre toujours dans l’amour, la justice et la vérité de Jésus crucifié et ressuscité, et de son royaume, de manière à demeurer fidèles à notre héritage théologique et ecclésiastique.

1.3  Nous acceptons et affirmons le caractère laïc de l’État et nous comprenons qu’il implique au Québec l’établissement et le maintien de lois et de politiques par des représentants dûment élus et nommés, conformément au cadre constitutionnel du Québec et du Canada, et aux chartes québécoise et canadienne des droits et libertés. Nous comprenons aussi que le caractère laïc de l’État signifie qu’aucune église et qu’aucun corps administratif religieux n’a le pouvoir d’établir des lois ou de définir une politique sociale. Cette affirmation ne diminue en rien notre conscientisation au fait que les libertés, les valeurs et le cadre constitutionnel du Québec moderne reposent, dans une large mesure, sur l’axe de la foi chrétienne.

1.4  Nous acceptons et affirmons la neutralité de l’État au chapitre de la religion. C’est-à-dire que, tout en reconnaissant les contributions de la tradition chrétienne aux libertés et aux valeurs du Québec, nous acceptons que l’État fasse preuve de neutralité et d’impartialité dans la rédaction et le maintien de la législation. Ainsi, la législation devrait être rédigée dans un langage qui ne repose sur aucune tradition religieuse particulière dans le but de la faire valoir; elle devrait être rédigée dans un langage pouvant être soutenu de tous, et qui s’applique également à tous, quelle que soit leur tradition. C’est ainsi que nous appuyons le retrait du crucifix du Salon bleu de l’Assemblée nationale, puisque sa présence donne l’impression que l’Assemblée nationale prête allégeance à Jésus crucifié, et à l’église qui viendrait l’honorer et le suivre.1.5  Nous insistons sur le fait que l’État doive favoriser l’ouverture et encourager le dialogue entre ses citoyens sur les questions ayant trait à la foi et à l’identité. Nous insistons aussi sur le fait que la reconnaissance de l’histoire et de l’importance de la foi religieuse au Québec met un frein important au pouvoir de l’État, qui dans son incarnation moderne reconnaît très peu de limitations de ce genre. Nous insistons sur le fait que la liberté de religion, telle qu’établie dans les Chartres des droits et libertés québécoise et canadienne, prévoit précisément ce frein contre le pouvoir coercitif de l’État.

1.6  Nous appuyons l’approche sur la diversité et les accommodations, tel que prévue par le rapport de la Commission Bouchard Taylor et réaffirmée dans la plupart des points du présent projet de loi, qui envisage un véritable laïcisme pluraliste dans lequel un dialogue et un débat sains sont encouragés et non pas réprimés au nom d’une conformité artificielle et superficielle externe. Nous appuyons l’hypothèse du rapport selon laquelle la foi religieuse ne serait pas en soi source d’hostilités, car nous pensons plutôt que les croyants ont d’importantes contributions à faire dans notre vie commune. Nous allons même jusqu’à espérer que les différences sur le plan de l’habillement donneront possiblement cours à des conversations riches sur les croyances fondamentales, à mesure que nous négocions collectivement les termes d’un consensus moral auquel nous devrons tous nous conformer.

2. DÉSACCORDS2.1  Nous sommes sérieusement en désaccord avec l’alinéa 5 du projet de loi et avec les hypothèses profondes sur la foi religieuse et la laïcité/neutralité qu’implique cet alinéa, et l’ensemble du Projet de loi. L’alinéa 5 s’énonce comme suit : « Un membre du personnel d’un organisme public ne doit pas porter, dans l’exercice de ses fonctions, un objet, tel un couvre-chef, un vêtement, un bijou ou une autre parure, marquant ostensiblement, par son caractère démonstratif, une appartenance religieuse. »

2.2  Nous n’acceptons pas que la diversité religieuse signifie simplement une diversité de croyances de nature privée. Une telle perspective ne prend pas au sérieux la foi religieuse telle que l’entendent ses praticiens, soit la foi religieuse en tant que façon de voir et de vivre dans le monde. C’est l’échec du gouvernement à comprendre la nature et l’identité de la foi religieuse, un échec profondément enraciné dans le Projet de loi no 60, qui l’a progressivement conduit à miner les droits et libertés des croyants.

2.3  Nous n’acceptons pas que la laïcité et la neutralité de l’État implique que ses lois et ses politiques soient présentées en avant-projet sans référence à quelconques hypothèses théologiques ou métaphysiques sur la personne humaine et sur la communauté humaine. Tant le législateur que les citoyens devraient reconnaître cette réalité et rechercher la transparence dans l’articulation de telles hypothèses. De plus, nous notons que le dialogue interreligieux dans une société démocratique est profondément bénéfique, car il nous permet de discuter des hypothèses les plus profondes sur la vie humaine et du bien- être, et d’explorer parfois des présuppositions non envisagées qui façonnent nos vies et nos lois.

2.4  Nous n’acceptons pas que les symboles religieux et les vêtements (turbans, kippas, hijabs, croix et autres) soient en marge de la foi religieuse et qu’ils puissent être enlevés sur un coup de tête, comme si on enlevait un chandail de hockey après un match. Nous rejetons aussi l’hypothèse du Projet de loi no 60, et de ceux ayant avancé ce projet de loi au sein de la législature, voulant que l’État puisse déterminer si de tels symboles et vêtements sont significatifs à une tradition religieuse ou se situent en périphérie. De tels jugements appartiennent à ceux qui perpétuent des traditions religieuses particulières, et non pas à l’État.

2.5  Nous n’acceptons pas que la neutralité de l’État signifie que ceux qui agissent comme employés ou agents de l’État ne doivent pas porter des signes distinctifs extérieurs indiquant leur foi ou leur identité religieuse. Cette approche représente un laïcisme militant qui omet d’honorer la diversité au Québec, et de reconnaître le rôle que jouent le dialogue et l’ouverture dans une démocratie libérale. Elle omet de reconnaître que le rôle de l’État est de nourrir cette ouverture. Nous en concluons que l’approche du Projet de loi no 60 reflète un laïcisme oppressif et dogmatique qui cherche à mettre en veilleuse l’opinion et la vie publique de ceux qui perpétuent des traditions religieuses particulières.2.6  Nous n’acceptons pas les hypothèses sous-entendues du Projet de loi no 60 à l’effet que les citoyens du Québec, dans leurs interactions avec les employés ou les agents de l’État, sont incapables de faire la différence entre l’identité religieuse particulière d’un employé ou d’un agent, d’une part, et l’État laïc et neutre auquel cette personne offre son savoir- faire et son temps. Nous insistons sur le fait que les citoyens du Québec sont capables de formuler leurs propres jugements, et que ces jugements sont fondamentaux et vitaux dans une culture riche et diversifiée.

2.7  Nous regrettons que le Projet de loi no 60 ait été présenté à l’Assemblée nationale. Nous voyons qu’il a nourri la division et la suspicion entre Québécois. Ce projet de loi, en outre, n’a que peu nourri le type d’ouverture et de conversation songée vital dans un Québec moderne et diversifié.

CONCLUSION

C’est avec respect, espoir, et dans un esprit de prière que nous offrons cette réponse au Projet de loi no 60. Nous prions l’actuel gouvernement de retirer ce projet de loi ou, à défaut, à l’Assemblée nationale de le rejeter. Autrement, nous insistons auprès du gouvernement et de l’Assemblée nationale afin que soient promues uniquement les parties du projet de loi qui font l’objet d’un soutien presque unanime au Québec et au sein de l’Assemblée nationale.

Le 21 janvier 2014 Montréal (Québec)

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s